Stérilisation et liberté

« Tu te prives d’une liberté », qu’on me disait lorsque j’annonçais non sans joie que j’allais enfin pouvoir me faire stériliser. De quelle liberté ? De la liberté de choisir, évidemment ! Preuve que bon nombre de personnes n’ont pas encore compris que pour nous, ce prétendu choix relevait à vouloir – pour ne citer qu’un exemple – refuser un vaccin réputé fiable (oui, bon, imaginons, hein) afin de choisir si oui ou non nous voudrions potentiellement qu’une maladie nous tombe dessus (sait-on jamais heeeeein)…

En bref, il me semble évident que si je m’étais acoquinée avec le stade « choix potentiel », et ses charmants corrélaires « on ne sait jamais », « tout peut arriver dans la vie », « on ne sait pas de quoi sera fait l’avenir » ou je ne sais quel leitmotiv spécialement brandi lorsque nous évoquons notre souhait, d’une, je ne me permettrais pas de me dire childfree, et de deux,jamais je n’aurais opté pour une telle intervention. Soyons logiques, un peu. La stérilisation est une manière d’en finir une fois pour toutes avec une fécondité qui nous emmerde, du moins devrions-nous considérer cela de la sorte.

Une autre chose que j’aime bien, enfin, si j’ose dire, c’est ce fameux : « On ne peut jamais dire jamais » (sauf quand c’est pour dire jamais, disais-je déjà quand j’étais petite tant le scepticisme m’envahissait à l’entente d’une phrase aussi pertinente que l’illustre : « Y a qu’les imbéciles qui n’changent pas d’aviiis »). Un bon remède pour faire taire une fois pour toutes les personnes qui jugeraient bon d’écraser vos choix véritables et autres revendications mûrement pesées. Proclamer tranquillement, le sourire aux lèvres : « C’est vrai, et toi tu ne peux pas dire non plus que tu ne boufferas jamais ton bébé tout cru heeeein ». Ou encore « C’est vraaaai, peut-être qu’un jour tu seras le nouvel Hitler ou que tu boufferas du fumier au quotidien, on ne peut jamais dire jamais heeein hihihihouhou (hem) »…

(Cela dit, on m’a déjà coincée avec un : « Ben si un jour je suis obligée »… Ah, certes. Mais moi c’est justement pour qu’on ne m’oblige jamais à faire un enfant que j’ai souhaité me faire stériliser ;o)).

Publicités

About this entry