Qu’est-ce qu’il ne faut pas entendre, parfois…

Best of de commentaires et d’idées reçues concernant ce sujet ô combien délicat (enfin pas pour moi, hein, mais à priori, ça chatouille quand même pas mal certains épidermes) :

« Personne ne te stérilisera à ton âge et c’est très bien comme ça »

> Merci beaucoup, ça fait toujours plaisir d’entendre une chose pareille qui par dessus tout est totalement fausse (cf. loi du 4 Juillet 2001, à toujours garder sous le coude pour info ou pour rappel) : est-ce qu’on irait dire à une femme qui se bat depuis des années pour avoir des enfants qu’on lui souhaite de tout cœur qu’aucun médecin n’accepte de lui faire une FIV ? Ne vous laissez pas impressionner par ce genre de discours fort peu empathique au demeurant. Toute personne majeure et réellement désireuse d’avoir recours à la stérilisation est tout à fait en droit de le demander. Et les médecins qui refusent d’avoir affaire à vous sont normalement tenus de vous orienter vers une personne qui acceptera votre requête. Ça fait du bien en le redisant (si, si !).

« Mais c’est irréversible, tu sais ! »

> C’est justement ça qui nous intéresse, alors ça tombe plutôt bien… enfin il faut savoir que même si les risques sont plus que moindres, un malheureux accident peut tout de même toujours survenir, aucune méthode n’étant fiable à 100% (comme quoi certains rapports type hétéros ont dans leur genre aussi quelque chose de stressant ;o)). Bon, sinon, bien qu’on soit considérées comme jeunes et un peu cinglées, on sait bien quel sens peut revêtir ce terme, d’ailleurs, des décisions irréversibles (ou presque), on en prend régulièrement dans notre vie sans que personne ne vienne pour autant nous le ressasser à tout bout de champ.

« Ça va faire mal, tu sais »

> C’est vrai que certaines personnes ont des douleurs similaires à celles des règles pendant quelques heures. Mais personnellement, je pense que cela en vaut la peine (moi qui ai souvent mal dans le vent). Pour info, Essure semble moins faire souffrir que la ligature classique mais je connais assez mal les tenants et aboutissants de cette dernière, ainsi, veuillez bien infirmer mes dires si jamais je me plante comme un cobra.

« Mais tu n’auras plus tes règles alors ? Tu vas quand même perdre en féminité » (erf erf… je vous jure qu’on entend de ces choses, parfois)

> Eh non, ceci est (encore) bien malheureux car je me serais bien passée de crampes handicapantes et autres écoulements sanguins inutiles mais le procédé qui nous intéresse ici n’intervient absolument pas là-dessus.

Bon, nous ne sommes qu’en février alors je m’attends à en entendre encore des vertes et des pas mûres. Je suis assez choquée par le fait que les gens puissent avancer certaines idées sans s’être renseignés au préalable, mais bon, il paraît que le doute n’est pas très à la mode. Dommage… ça nous éviterait d’avoir à radoter nous aussi. ;o)

Publicités

About this entry